Isolants minces

Sans augmenter sensiblement l’épaisseur du mur, le collage de certains matériaux minces ou l’induction avec un mélange isolant favorise l’isolation.

L’emploi d’un isolant mince réduit strictement les travaux liées aux radiateurs de chauffage ou de tuyauterie, appliques électriques et encadrement des fenêtres, cela sur les murs peu soumis aux déperditions thermiques (mitoyen d’un local non chauffé). Ces produits (épais de 11 mm) sont probablement recouverts de papier de mur, de carrelage ou de tissu peint.

Pour obtenir une épaisseur réduite, on se sert des compléments d’isolation formés de plusieurs couches de matériaux variés, ces produits si minces protègent de l’humidité, ex le Dépron qui est un isolant mince.

Pour assurer une fonction de barrières insonores, acoustiques et une aptitude d’isolation thermique, on essaye les sous couches qui sont des matériaux possibles à coller directement sur un mur avant de les recouvrir. Ils se composent de mousses synthétiques souples qui détiennent une myriade de microbulles d’air et qui est recouverte parfois d’un film en polyester non tissé.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire