Comment poser un escalier droit

L’escalier droit reste très utilisé car il assure le meilleur confort au prix d’un développement important et son installation est facile. L’usage de l’escalier détermine le niveau de confort souhaité lequel permet de calculer le nombre et les dimensions des marches de la volée. Toutefois, la limite de reculement admissible peut imposer une solution moins confortable en fonction du développement disponible pour l’ouvrage. Nous vous montrons en ce qui vient, comment calculer les caractéristiques.
La largeur d’un escalier droit est a priori moins critique que celle d’un escalier tournant sous réserve cependant qu’il permette au moins le passage du mobilier le plus couramment déplacé (chaise, fauteuil, lit).
La hauteur standard d’un escalier prêt à monter de fabrication industrielle est couramment de 2,72/2,73 m ou 2,81/2,82 m selon les marques. Deux méthodes permettent d’adapter ce type d’escalier à une hauteur sol à sol plus grande :

  • En haut : appuyer la dernière marche sur une contremarche fixée sur le chevêtre ;
  • En bas : poser l’escalier sur un socle de départ et d’une hauteur égale à la différence à combler.

Établir la trémie:

Avant même de choisir le modèle d’escalier à poser, repérez les dimensions de son développement en fonction des valeurs calculées.
Le traçage qui peut faire apparaître un détail imposant de revoir l’implantation de l’ouvrage (interférence avec une ouverture, nécessité de déplacer une canalisation, etc.) doit être effectué avec une grande précision :

  • au sol, reportez la largeur et le reculement de l’escalier ;
  • au plafond, marquez la position du chevêtre assurant une échappée suffisante à l’aide d’un fil à plomb puis, tracez le périmètre de la trémie.

L’ouverture déterminée donc examinez attentivement l’ouvrage afin de vérifier s’il n’est pas nécessaire de déplacer des canalisations électriques ou des tuyauteries.
Le chevêtre doit être posé avant de découper le plancher :

  • si l’escalier dessert une pièce nouvelle aménagée en combles, pensez à la charge accrue que devra supporter le plancher donc le chevêtre ;
  • assurez-vous de la qualité des ancrages de la poutre servant de chevêtre et si besoin, ajoutez une pièce pour l’étayer. Par exemple, un pilier vertical ou même un petit mur qui peut être traité de façon décorative en pierre ou en brique.

La découpe s’effectue à l’aide d’une scie égoïne ou d’une scie sauteuse après perçage dans les angles :

  • si le plafond est plâtré « à l’ancienne » sur un lattis, mettez ce dernier à nu en éliminant la couche de plâtre après avoir entaillé l’ouverture à l’aide d’une scie circulaire ;
  • fermez l’ouverture par un cadre assorti au style de l’escalier ;
  • pensez à la sécurité en équipant l’escalier d’une balustrade robuste et si le logement abrite des enfants, prévoyez d’y poser un portillon qui en interdira l’accès aux plus jeunes.

La rampe doit avoir une hauteur de 0,90 m tandis que la balustrade du palier est à 1 m de haut. La main courante est supportée par des barreaux dont l’écartement maximal ne doit pas dépasser 11 cm. Veillez à fixer très solidement les pilastres de départ et d’arrivée de la rampe.
Un escalier droit accolé à un mur se prête bien à la réalisation des aménagements les plus divers sous forme de rangement.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire