Principes d’installations de plomberie

Lorsque vous équipez votre habitation de plusieurs appareils sanitaires, cette installation nécessite une logique de travail et aussi de faire appel à des techniques ou à des outils particuliers. Ces installations découlent d’une véritable logique qui nécessite une réflexion globale.

Sauf le cas d’une nouvelle construction, l’installation sanitaire est généralement la suite d’aménagements successifs attachés à l’augmentation des besoins du domaine. Les temps ne sont pas aussi reculés où on avait besoin de chercher l’eau à la source ou sur le palier et où les cabinets de toilette étaient communs à nombreux appartements dans le même bâtiment ou se trouvaient à l’extérieur de la maison ou dans le jardin à la campagne. La progression de la technologie des équipements passe généralement par une reconsidération de l’alimentation comme des systèmes de refoulement des eaux usagées. Dans quelques circonstances, il serait meilleur de reprendre toute l’installation comme on n’hésite pas à la faire maintenant pour l’électricité.

Principes d’installation:

Les grandes lignes d’une installation d’eau sont presque les mêmes d’une installation électrique, la technique de considérer le travail doit être bien étudiée avant d’envisager n’importe quelle tache pour donner la satisfaction et le confort selon les besoins de la famille.

Le branchement:

Dans les lieux urbains, l’alimentation est faite généralement en limite de la propriété.

L’installation commence toujours par :

  • une fermeture générale au niveau de la rue (accessible seulement aux agents du distributeur) ;
  • une vanne placée avant le compteur ;
  • le compteur ;
  • une vanne après compteur ;
  • un robinet de purge qui permet l’évacuation totale de l’installation ;
  • un détendeur qui empêche la surpression ;
  • un système de retenue ;
  • les réseaux.

La canalisation intérieure est composée de :

  • la colonne montante amenant l’eau aux niveaux supérieurs ;
  • le réseau de canalisations qui comprend des dérivations pour alimenter tous les appareils ;
  • un robinet d’arrêt placé juste en bas de la colonne montante et un sur chaque dérivation importante ;
  • éviers, bidets, bacs à douche et lavabos ;
  • les appareils de commande (robinets simples, mélangeurs, mitigeurs thermostatiques, etc.) ;
  • les appareils de chauffage.

Les canalisations de refoulement ne dépassent pas trois à savoir :

  • l’évacuation de l’eau de la pluie qui dégage les eaux de pluie ruisselantes qu’on trouve généralement sur la toiture ou les terrasses pour les sortir vers le caniveau ou l’égout ;
  • l’évacuation des eaux ménagères, eaux usées provenant de la cuisine, de la salle de bains et du cabinet de toilette qui sont conduites vers l’égout directement ;
  • l’évacuation des eaux-vannes qui découlent des W.C, ce réseau est généralement commun à celui des eaux ménagères.

Le rejet des effluents:

En connait depuis longtemps que la réglementation relative à cette question a été très facile disant simple. Actuellement, le fait de diriger vers la nature un simple puisard est strictement défendu. Au lieu de cela, il faut :

  • se joindre au réseau de tout-à-l’égout s’il y a lieu ;
  • mettre une fosse septique « toute-eau » ou à assainissement séparée.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire