Les rosiers arbustes

Ils peuvent être plantés en groupe mais c’est isolé que le rosier arbuste est le mieux mis en valeur, le rosier arbuste se définit avant tout par la manière dont on l’utilise : isolé ou en petit groupe, en haie ou associé à d’autres arbustes. Plus grand que le rosier buisson (de 1,20 à 1,50 m de hauteur au moins), il est ramifié dès la base. Les rosiers arbustes se différencient en plusieurs catégories selon leurs origines : espèces botaniques, variétés arbustives modernes à grand ou petit développement.

Comment les mettre en valeur:

Une pelouse soignée offre un cadre idéal pour mettre en valeur la floraison d’un grand rosier arbuste isolé selon le développement de la variété choisie, planter un, trois ou cinq sujets et en quelques années, le jardinier obtient une floraison de belle ampleur. Un sujet ou un groupe permet de masquer à la vue une perspective indésirable ou de dominer un massif bas de plantes tapissantes, vivaces ou annuelles.

La haie de rosiers seuls ou d’espèces en lange est une autre utilisation privilégiée des rosiers arbustes, ce type de rosier peut aussi être intégré dans un massif d’arbustes à fleurs ou mieux à fleurs et feuillage décoratif. Les feuillages persistants constituent l’écrin des floraisons tout en assurant le décor en hiver. Cette utilisation convient bien aux variétés non remontantes et après la floraison, d’autres arbustes prennent le relais.

Les ressources des espèces botaniques:

Ces rosiers sauvages ont pour atouts: robustesse, rusticité, résistance aux maladies et charme des fleurs simples, l’inconvénient d’une floraison non remontante est souvent compensé par une fructification décorative à l’automne, leur développement important (plus de 2 m de hauteur et d’étalement) les destine plutôt aux grands jardins.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire